Média & Presse

22 avril 2020 - Article d'Emma Buoncristiani pour Trax Mag

J'aime mon bistrot: la plateforme pour soutenir son bar préféré en y commandant ses futurs verres

De nombreux bars craignent la faillite de leur établissement à l’issue de la crise. Pour les soutenirs, la plateforme J’aime mon bistrot permet de précommander ses prochaines consommations en ligne dans le bar de son choix  : 10€ achetés, 15€ à consommer à la réouverture.

 

Depuis le samedi 14 mars dernier, tous les bars, les restaurants et hôtels de France sont fermés afin d’endiguer la propagation du coronavirus Covid-19. Tandis que 30% à 40% des bars et clubs pourraient disparaître définitivement, une solidarité s’organise pour soutenir les établissements. Lancée au début du mois d’avril, la plateforme J’aime mon bistrot propose de soutenir ces commerces qui risquent pour certains de ne pas se relever de la crise.

Cette initiative est née pour « avoir une action concrète auprès des bistrots, cafés et restaurants qui se sont inscrits sur la plateforme », explique à Trax René Delvincourt, président de l’association des barmen de France – qui fait partie de la cinquantaine de partenaires, aux côtés notamment Coca Cola, Heineken ou Ricard. Chaque personne peut alors se rendre sur la plateforme, choisir parmi les plus de 6 400 établissements inscrits et acheter le montant de consommation qu’il souhaite, de 1,50€ à 50€. Avec actuellement un total de 13 248 pré-commandes effectuées sur la plateforme, l’aide solidaire s’élève à 918 000 €.

Bonus sympathique, pour les 10 000 premières commandes, « l’achat est abondé de 50% par les partenaires », précise René Delvincourt. « Donc si vous achetez 10€, vous recevrez un bon d’achat de 15€ », utilisable dès que l’établissement pourra réouvrir. À noter qu’« il n’y a pas de profit généré pour la plateforme ». L’intégralité des bénéfices va donc directement aux établissements. À la vôtre !

18 avril 2020 - Interview de notre Président par Franck Stassi pour Business & Marché

René Delvincourt revient sur cette période inédite et présente l’actualité de la « Fédération des métiers du bar »

Depuis le 14 mars au soir, en raison de la pandémie de coronavirus (Covid-19), les cafés, bars et restaurants sont fermés… sans date de réouverture en vue. Parmi les interrogations, figurent les conditions économiques et sanitaires de la reprise. « Nous espérons tous que cette crise n’entraîne personne dans sa chute », souligne René Delvincourt. Président de l’Association des barmen de France depuis 2018, il revient sur cette période inédite et présente l’actualité de la « Fédération des métiers du bar », selon ses statuts redéfinis.

Quel regard portez-vous sur la crise actuelle ?

Au début du confinement, la fermeture des établissements a permis de se poser. Mais très vite, dès la troisième semaine, la douleur s’est faite ressentir, les doutes se sont installés, et le questionnement sur l’avenir s’est posé. Les indépendants n’ont plus d’activité, les patrons de bars s’interrogent sur ce que seront les différentes stratégies du gouvernement (loyers, charges…) Le secteur est quelque peu malmené et la filière toute entière est sur le point de vaciller.

21 octobre 2019 - Gaëtan Bouvier est le 18ème MASTER OF PORT

Le concours international qui couronne l’excellence des Sommeliers Experts en Vins de Porto inscrit Gaëtan Bouvier à son palmarès Master of Port.

Lundi 21 octobre 2019, à l’Ambassade du Portugal à Paris, en présence de l’Ambassadeur du Portugal en France, S.E. Monsieur Jorge TORRES-PERREIRA, s’est tenue la 18e édition du Master of Port. Un rendez-vous très attendu par les aficionados des Vins de Porto et du Portugal mis en scène avec brio au cœur des salons de l’ambassade. Un événement d’autant plus important pour S.E. l’Ambassadeur qui accueillait, en ses lieux, pour la première fois depuis le début de son mandat, toute la sommellerie française, le syndicat des grandes marques de Porto, l’Institut des Vins de Porto, ses partenaires et la confrérie des Vins de Porto.
 

Après un discours d’introduction, il a cédé le micro successivement aux 4 Présidents et membres du Jury, représentés par Madame Edith CAYARD, Présidente du Syndicat des Grandes Marques de Porto, Monsieur Philippe FAURE-BRAC, Président de l’Union de la
Sommellerie Française, Monsieur Gilberto IGREJAS, Président de L’Institut des Vins du Douro et de Porto, et Monsieur George SANDEMAN, Président de Wine in Moderation, organisation Européenne.


Ils ont pu chacun à leur tour aborder le contexte du concours, le profil des candidats, l’engagement des
membres du comité techniques sans qui l’événement ne serait ce qu’il est et enfin la place du Porto sur
le marché français et Européen !

Ensemble, ils ont élevé Gaëtan BOUVIER au rang de Master of Port.

3 octobre 2019 - Interview de notre Président par Franck Stassi pour Business & Marchés.

René Delvincourt revient sur son parcours et son début de présidence à l'ABF

Nouveau tempo pour l’Association des barmen de France (ABF). Elle souhaite se relancer avec un conseil d’administration renouvelé, un nouveau président, et des missions élargies. Cette « Fédération des métiers du bar », selon ses statuts redéfinis, est portée depuis 18 mois par René Delvincourt, qui a travaillé durant 24 ans à Disneyland Paris, après un long parcours de barman. Il nous présente les nombreux chantiers de l’ABF.

Pourriez-vous nous présenter votre parcours ?

René Delvincourt – Après un CAP restauration, un BTS et un BTH, j’ai rencontré le chef barman de l’époque du Grand Hôtel à Paris, Jean Doreau, qui est devenu mon mentor, et je me suis dirigé vers le métier de barman, j’ai principalement travaillé dans des établissements de luxe : l’Intercontinental à Paris puis celui de Cologne, en Allemagne, le Méridien Etoile et le Crillon pour lequel je suis devenu le plus jeune chef barman de France en 1976. J’ai ensuite rejoint l’hôtel Nikko de Paris (devenu depuis le Novotel Tour Eiffel puis le Sofitel Sèvres (qui n’existe plus). Ensuite, je suis passé au Terminal Elysées sur les Champs-Elysées, avant que de travailler pour le groupe Fouquet’s. Dernier saut de puce chez Ledoyen et au Ritz avant de terminer ma carrière de Barman au Plaza Athénée en 1990. Après cela, j’ai cocréé une structure de prestations de services, Dilection, que j’ai animé durant cinq ans (1990-1995), spécialisée dans le CHR (recrutement, formation, événements, concept, tenue d’établissements…) A Disneyland Paris, où je suis arrivé en 1995, j’ai tout d’abord durant deux années assuré la mission de responsable opérationnel du Festival Disney (devenu Disney Village), avant que de m’occuper pendant 22 ans de la coordination des 13 bars, et simultanément ensuite, me voir confier la responsabilité des produits pour toute la partie Beverages.

Février 2019 - Interview de notre Président par Anthony Thiriet pour B.R.A. Tendances Restauration

René Delvincourt : « Nos métiers sont en pleine évolution et leurs frontières se brouillent »

Née en 1938 sous l’impulsion de célébrités officiant dans de grands palaces parisiens, l’Association des Barmen de France a accompagné et encouragé l’évolution de l’art du bar pendant 80 ans. En sommeil depuis quelques années, elle a été reprise en mars dernier par une poignée de femmes et d’hommes, dont René Delvincourt, son nouveau président, qui a notamment passé 23 ans chez Disneyland Paris. Son arrivée est un virage pour l’ABF, qu’il souhaite ouvrir à tous les types d’établissements et à tous les métiers du bar. Entretien exclusif mêlant souvenirs, bilan, projets, tendances et conseils.

Association des Barmen de France

Fédération des Métiers du Bar

Suivez-nous sur :

  • Blanc Facebook Icône
  • Blanc Twitter Icon
  • Blanc Icône Instagram
  • Blanc LinkedIn Icône
Logo IBA

International Bartenders Association

© 2019 par Toucan Digital